Faire face à l’horreur.


Le cri

Coucou !!! me revoilà !!! De retour, après avoir erré pendant quelques jours aux frontières de la Vie ….Une fois de plus.

Je reviens avec la conscience aigüe du bien précieux qu’est la vie….et je redécouvre ce qui fait « la Une » dans l’actualité : l’acte barbare commis dans une église de Normandie, où un prêtre de 86 ans a été égorgé par deux petits merdeux, au pied de l’autel où il célébrait la messe, sous les yeux des quelques fidèles horrifiés !!!

Egorgé !!! Pour la première fois je constate que les médias n’ont pas eu peur du mot !!! Jusqu’ici on préférait dire « décapité », sans doute parce que ça fait plus « propre », plus dans la tradition révolutionnaire française qui autrefois « décapitait » à tours de bras ….

A-t-on bien pris conscience du degré de mépris de la vie humaine et de haine de « l’Autre » qu’il faut avoir accumulée pour se rendre capable d’un tel acte ??? Car la discrétion qui entoure le processus opératoire de l’acte ( on a systématiquement coupé à la télévision, les séquences où la religieuse qui a assisté, horrifiée, à la scène, raconte ce qu’elle a vu, avant de s’évader pour donner l’alerte …)favorise sa banalisation . Pendant la guerre d’Algérie des familles entières étaient égorgées, et la fréquence de ces crimes en faisaient un simple élément circonstanciel : et pourtant !!! Il faut avoir assisté au moins une fois à l’horreur de ce « spectacle » pour en garder l’image gravée pour toujours dans la mémoire.

Il faudra encore du temps pour que les Français, et plus généralement les Européens, s’habituent à l’idée qu’ils sont confrontés à la montée en puissance d’un Islam, qui pour avoir été, autrefois, aux sources d’une civilisation brillante mais qui a sombré dans le déclin, est décidé, quoi qu’en disent ceux qui veulent à tout prix rassurer, à imposer à l’Occident dont la France représente un symbole fort, une sorte de revanche sanglante et impitoyable pour les années « d’humiliation » prétendûment subies depuis les « croisades »….

L’orgueil des nouveaux riches du Golfe est à la manœuvre: ivres de la puissance que leur confère l’héritage pétrolier par lequel ils tiennent les Occidentaux avides de leur pétrole, ils tirent hypocritement les ficelles….Et nos élites ficellées, font semblant de ne rien voir et de ne rien savoir….

Le Professeur d’Histoire du Maghreb, Pierre Vermeren,  un historien de la nouvelle génération, qui n’a pas été élevé au biberon marxiste ou trotskyste comme certains, l’explique fort bien dans un article paru dans le Figaro ( 1 ):

« Évidemment, pour des Européens, qui ont refusé depuis des années de s’interroger sur les racines et la réalité du mal islamiste – alors même qu’il met le feu au Maghreb depuis les années 1990 -, sur sa nature idéologique et religieuse et, a fortiori, sur l’éventualité d’une guerre de religions – rendue doublement caduque à leurs yeux par la mort de «Dieu» et des «idéologies» -, ce retour au réel est un peu brutal. »

Rappelons quelques évidences souvent méconnues. Dans les langues arabes populaires du Maghreb, les Européens, les Français en particulier, sont constamment désignés comme nasrani, c’est-à-dire les «Nazaréens», disciples du Christ né à Nazareth, en Judée. Les alternatives moins courantes de roumi ou gaouri comportent aussi une charge de mépris à connotation religieuse. Dans un monde d’assignation communautaire et religieuse tel qu’il fonctionne au Maghreb, et dont sont imprégnés bien des enfants d’immigrés, celui qui n’est pas musulman ne peut être que juif ou chrétien.

C’est ainsi que sont regardés depuis des siècles Européens et étrangers en Méditerranée.

« Loin d’améliorer leur image, les Européens qui se disent athées, sans religion ou membres d’une religion non révélée, au sens coranique, aggravent leur cas: le Coran n’a aucune mansuétude, c’est un euphémisme, pour les «fils d’Adam» refusant la Révélation. L’assassinat d’un prêtre ou de religieux européens, comme en ont connu ces dernières années la Turquie, l’Algérie ou le Moyen-Orient en guerre, est à la fois un acte de conquête religieuse et autant d’adresses à cette vieille terre chrétienne qu’est l’Europe. »

Tous ceux qui comme moi, ont grandi  » de l’autre côté de la Méditerranée » savent depuis toujours quel est le poids de ces évidences. Mais ceux-là font partie, comme moi, d’une race en voie de disparition, et leur voix est en train de s’éteindre…

Paraphrasant le titre d’un livre du politologue Alexandre Adler ( 2 ), je peux dire que j’ai vu finir le monde ancien », qui tremble sur ces bases, avant de s’écrouler, s’il ne se réveille pas.

(1).http://premium.lefigaro.fr/vox/societe/2016/07/27/31003-20160727ARTFIG00253-assassinat-du-pere-jacques-hamel-ce-que-les-europeens-ne-voulaient-pas-voir.php

(2) https://www.amazon.fr/Jai-vu-finir-monde-ancien/dp/2246630215

Si vis pacem, para bellum…


Minarets

Le carnage de la Promenade des Anglais, à Nice heurte les consciences.

Le chagrin des familles qui pleurent leurs proches fauchés par un camion de 19 tonnes utilisé par un musulman devenu subitement un « fou de Dieu »est innommable et la compassion de tout un peuple ne suffira pas à en sécher les larmes.

Mais une fois de plus – une fois de trop ???- lorsque les montagnes de fleurs déposées en témoignage de deuil et de solidarité se seront fanées, une fois que les bougies blanches se seront éteintes, il faudra bien revenir aux questions de fond, celles que se posent ceux qui tentent de garder leur lucidité et leur sang froid pour faire face à une situation de guerre qui, pour ceux de ma génération ressemble sous bien des aspects à un conflit que l’on s’efforçait d’effacer des mémoires…..

Car les esprits englués dans un inguérissable « déni des réalités » sont chaque fois en retard sur l’événement. Nous ne nous en sortirons pas en repoussant indéfiniment les décisions qui nous permettraient de vaincre dans un conflit auquel l’irénisme de nos dirigeants n’a pas su nous préparer…

La guerre qui nous est déclarée est atypique. L’ennemi est partout: « il est chez lui » et il dispose d’innombrables complicités, actives ou tacites, il n’est reconnaissable à aucun uniforme, il a le choix des armes à utiliser pour tuer, et il n’a même pas besoin d’en recevoir l’ordre, car l’initiative lui en appartient: il choisit le jour et l’heure pour faire le maximum de victimes.

Car ce qui est préoccupant avec ce nouvel attentat perpétré à Nice, c’est cet usage terriblement efficace et meurtrier d’un instrument low-tech de notre société moderne. Si cette attaque a été planifiée pour répondre aux recommandations de l’État islamique de frapper l’Occident avec tout ce qui est à portée de main, alors cet événement aura des répercussions inédites en matière de protection des espaces publics.

Je relisais, il y a quelques jours quelques passages d’un livre de Ferhat Abbas(1), l’un des dirigeants de la révolte algérienne parmi les moins féroces et les plus lucides. Cela m’a remis en mémoire des aspects de la lutte des Algériens pour la reconquête de leur territoire.

Abbas écrit, page 182   , ceci, je cite:

« …. il est exact que pour défendre notre droit à l’égalité avec les Français d’Algérie, j’ai écrit que la  patrie territoriale » était une notion étrangère à l’islam. Et par voie de conséquence à J’Algérie musulmane. Chacun de nous connaît le mot de Danton: On n’emporte pas la terre de la patrie à la semelle de ses souliers.

 En Islam. cette patrie territoriale n’existe pas. Dans le monde musulman. on emporte la terre de sa patrie à la semelle de ses souliers … parce que cette patrie est spiritualité. culture et civilisation. Elle n’a point de frontière et ne reconnaît ni race ni territoire. partout où le muezzin appelle les croyants à la prière, le musulman est chez lui. A l’époque de la grandeur de l’islam. un musulman pouvait se rendre de Cordoue à Bagdad sans autre passeport que sa foi

Le prophète condamne la référence au territoire. en nous disant : Apprenez vos généalogies et ne dites pas comme les Nazaréens, qui, lorsqu’on leur demande d’où ils sont. répondent de tel village. Où est sa patrie au sens territorial du terme? Elle n’est nulle part et partout. Elle se situe là où est Ef-Ouma El Islamia. » ( Fin de citation )

Vous avez bien lu : partout où le muezzin appelle les croyants à la prière, le musulman est chez lui !!!

Dans la culture arabo-musulmane, et dans l’esprit de chaque musulman, là où s’élève le minaret d’une mosquée, là où retentit l’appel d’un muezzin, il est chez lui !!! C’est dire avec quelle ironie, sur les réseaux sociaux, les musulmans d’Europe accueillent les cris des « patriotes » hurlant « on est chez nous » !!!! C’est dire à quel point « le ver est installé dans le fruit » !!! Et cela permet de mieux comprendre le sens du combat patient des musulmans pour édifier partout où ils le peuvent, des mosquées qui deviennent de symboles de territorialité !!!

Comme le déclare le philosophe Pascal Bruckner au Figaro , nous sommes confrontés, je cite :  » à une guerre dont le mot ne recouvre pas le concept. Il n’y a ni armée régulière, ni tranchées, ni mouvement de troupes. Juste des pioupious en armes, de façon un peu dérisoire, dans nos rues ou devant nos monuments. L’ennemi est immergé dans la population et la ligne de front est partout. Dans la rue, dans le train, dans les avions. C’est une sorte d’infection de l’espace quotidien. Une guerre d’un type nouveau qui ne correspond en rien à celles qui hantent notre mémoire, 1914-1918 ou 1939-1945.( Vous remarquerez que, pudiquement, Bruckner saute par dessus la Guerre d’Algérie…)

Nous repoussons indéfiniment les décisions qui nous permettraient de gagner ce conflit. Pourtant, nous sommes prévenus. Le directeur de la DGSI disait il y a deux jours que, une fois Raqqa et Mossoul tombées, les djihadistes vont essaimer en métastase partout. La bête de proie à l’agonie va tuer autant de gens que possible. La prochaine étape, expliquait-il, ce seront les voitures piégées dans nos villes… »( Fin de citation ).

C’est dire à quel point sont dérisoires nos manifestations et défilés de « Bisounours »devant l’adversité qui nous fait face. Comment ne pas adhérer au propos de Pascal Bruckner quand il ironise sur la compassion, l’émotion, les fleurs, les tweets larmoyants…  » Nous sommes désarmés face à la tragédie qui nous frappe et nous refusons de prendre la mesure de la haine que ces gens nous vouent. Nous leur trouvons des excuses en refusant de faire du djihadiste un être responsable de ses actes, à part entière. Nous refusons de voir que l’islamisme radical est l’une des figures de la barbarie comme l’a été jadis le nazisme. Et cette barbarie est sans excuses, sans pourquoi. Il faut la détruire ou être détruits par elle. »( Fin de citation ).

Dans le combat qui s’annonce, il n’est pas absurde de dire, « ce sera eux ou nous »….

Source: :

http://premium.lefigaro.fr/vox/societe/2016/07/15/31003-20160715ARTFIG00196-pascal-bruckner-mener-la-guerre-a-l-interieur-de-facon-preventive.php

(1)Ferhat Abbas. » L’Indépendance confisquée ».

Candides….


Lâchetés

Dans l’avion qui m’emmenait vers Bruxelles, je relisais certains passages du Candide de Voltaire… Je ne savais pas encore qu’à mon arrivée, quelques heures  à peine après avoir déposé nos bagages nous apprendrions l’horrible massacre qui a transformé la Promenade des Anglais, à Nice, un soir de 14 juillet, en un lieu de douleur et de deuil…

Chaque fois que, dans mon long parcours de vieil homme, j’ai traversé des périodes de doute sur le sens de la vie, et de déception sur la compagnie de mes semblables, je me suis réfugié dans la lecture de ce chef d’œuvre de Voltaire.

Ceux qui me lisent depuis longtemps savent ce que Voltaire a représenté pour moi depuis ma plus lointaine jeunesse.

https://berdepas.com/2012/07/12/voltairien-je-reste/

Candide est une œuvre vaste, qui couvre tous les sujets qui, au temps de Voltaire hantaient déjà l’âme humaine : la religion et le fanatisme, la liberté politique et la tyrannie, la connaissance et l’obscurantisme, le bonheur et la fatalité, la liberté et l’esclavage.

Tous ces sujets demeurent dans l’actualité de notre époque que l’on sent saisie par une sorte d’angoisse devant l’irrationalité d’un monde dont l’évolution semble échapper à la maîtrise de ceux qui ont reçu la charge de le conduire….

Mais le thème sous-jacent de Candide est le bonheur “ici et maintenant” (hic et nunc en latin), l’objectif ultime des Lumières. Contre les philosophes de la Renaissance, qui promettaient le bonheur après la mort, dans une tradition classique chrétienne, le travail des Lumières vise à fournir aux hommes de leur temps les conditions de l’accès à un bonheur immédiat : les Lumières ont développé le concept de « droit au bonheur ».

C’est finalement cette quête du bonheur que relatent les aventures de Candide. Quête car le bonheur se construit contre les aléas du destin, la folie des hommes et la déraison générale.

Or, notre époque, j’oserais presque dire que l’époque qui s’achève sous nos yeux, est caractérisée par cette quête irrépressible du bonheur – qu’il soit festif ou purement matériel – et par les luttes sociales pour la conquête de nouveaux « Droits à »…..

Candide a été pourvu par Voltaire d’un sous-titre: « l’Optimisme ». Car le Candide de Voltaire est une charge contre l’optimisme irraisonné de Pangloss pour qui « tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes ». Pangloss est, en quelque sorte, l’ancêtre des « bisounours » de notre époque et de tous ceux que la recherche éperdue de la jouissance immédiate – qu’ils confondent avec le bonheur – précipite dans un confortable mais dangereux déni de réalité….

Le drame de Nice  survient à un instant où les pages parcourues du Candide trottent encore dans ma mémoire; au moment même où j’allume la télévision.

J’écoute, atterré, les commentaires télévisés de quelques personnages, presque toujours les mêmes, qui du haut de leur pseudo-expertise universitaire de « Directeurs des Etudes » dans quelque officine spécialisée dans la « connaissance de l’Islam », nous débitent des flots de contre-vérités ou de banalités….

J’ai de plus en plus de mal, en outre,  à supporter les rodomontades et les postures des politiciens qui depuis tant d’années nous infligent leurs lâchetés, leurs mensonges, leurs minables ambitions électorales, alors que dans les dix années qui viennent, c’est l’existence même du pays que nous aimons qui est en jeu….

Car il n’est pas nécessaire d’aller chercher très loin l’explication des causes et des motivations de ceux qui sacrifient leur vie dans l’accomplissement d’actes criminels odieux.

Le seul expert que je respecte, pour son objectivité et sa lucidité, Gilles Kepel, met « les pieds dans le plat »: « Embourbée dans ses « chamailleries » habituelles, la classe politique n’a pas encore compris que le « logiciel » des terroristes, et donc la réponse à apporter, avaient changé, estime le spécialiste du djihadisme Gilles Kepel, au micro de France Inter ce vendredi 15 juillet au lendemain de l’attentat de Nice.

http://www.marianne.net/gilles-kepel-logiciel-terroristes-change-notre-classe-politique-est-nulle-100244452.html

Car il faut bien se rendre à l’évidence : Nos « zélites » n’ont pas encore compris que nous hébergeons sur notre sol des jeunes musulmans qui nous vouent une haine tenace…. Que cette haine tenace est alimentée par une phraséologie élaborée depuis plus d’un demi-siècle par une certaine gauche dont les « zintellectuels » n’ont cessé de détruire l’image de la France dans l’imaginaire d’une jeunesse paumée et non préparée par son éducation à affronter les obstacles que notre société soulève sous leurs pas.

Il n’est pas surprenant de retrouver dans certains commentaires de ces « jeunes », parmi les plus cultivés d’entre eux, sur les réseaux sociaux, des passages entiers des « Damnés de la Terre » de Franz Omar Fanon, ou des extraits de « oeuvres » de Jean-Paul Sartre ou de François Maspero, sans parler des Bourdieu et autres Foucault….

Cette jeunesse a le sentiment d’avoir pour mission de venger les humiliations subies, selon elle, par ses ancêtres.

La France n’est pas, et de loin, le pays le plus impliqué dans la période où la course à la colonisation était ouverte. Et pourtant elle est seule à être en accusation permanente et reste le pays le plus détesté en Europe et en passe de devenir la cible favorite du terrorisme islamique….

Nier cette réalité, c’est se condamner à subir si nous ne sommes pas capables d’y répondre, les atrocités d’une vengeance haineuse, et ce pour de nombreuses années…

Car « le ver est dans le fruit » et il n’en sortira pas par la volonté du Saint-Esprit !!! Il faut l’en extirper, quitte à « faire mal au fruit », sinon… le fruit tombera tout seul !!!

http://premium.lefigaro.fr/vox/societe/2016/07/15/31003-20160715ARTFIG00196-pascal-bruckner-mener-la-guerre-a-l-interieur-de-facon-preventive.php

Nous n’avons pas fini d’allumer des bougies sur des lieux de massacres, et d’organiser des marches silencieuses, de brandir des pancartes « je suis Nice », en espérant impressionner et attendrir des assassins qui prolifèrent parmi ceux que nous continuons à considérer comme « des Français comme les autres »…..

Djihadistes

Tous ces « jeunes n’ont rien à voir avec « la misère des banlieues ». Ils sont habités par une haine tenace, féroce,et  irrationnelle. Il faut cesser d’enrober cette haine dans notre « culture de l’excuse »et de lui opposer nos « actes de contrition » !!!

PS : à lire : http://www.atlantico.fr/decryptage/comment-france-est-devenue-principale-usine-occidentale-produire-terroristes-theorie-americaine-qui-derange-gilles-kepel-carnage-2766924.html/page/0/1

Vivre ensemble…


Euro-2016-

L’époque n’est pas si lointaine où le seul fait de brandir un Drapeau français suffisait pour vous faire traiter de « Facho » …..

Le Portugal vient de remporter la Coupe d’Europe. Sans vraiment convaincre, mais seule la Victoire compte. Ne lui contestons pas la conquête de ce Trophée qui rend les Portugais si heureux.

Car là n’est pas le sujet de mon propos.

Le vrai sujet, c’est l’impressionnante ferveur des peuples venus soutenir leurs couleurs: mis à part les exceptions illustrées par quelques hooligans ( voyous ??? )anglais et russes, ou quelques spécimen de nos racailles de banlieues venues promener leur drapeau algérien en provocant la Police, le comportement des différents publics a été exemplaire.

On a vu partout, vainqueurs et vaincus, fraterniser, sans rancune, et partager en chantant, des moments d’un plaisir euphorique comme si l’Europe entière, oubliant ses soucis, était soudain saisie de la joie contagieuse de se retrouver ensemble….

Car c’est dans ces moments-là que s’épanouit le sentiment d’être « européens », d’appartenir à une même culture, de partager des valeurs communes, valeurs sportives, mais aussi valeurs de convivialité, d’éducation et de respect réciproque.

C’est ce à quoi les technocrates bruxellois n’ont rien compris !!! « L’Europe des peuples » est une notion qui leur est totalement étrangère, tant ils sont isolés dans la tour d’ivoire de leurs « convictions »: ils s’en méfient et traitent tout ce qui vient du « peuple » avec le mépris des nouveaux « aristocrates »pour le « populisme » !!!

Ils ont cru pouvoir  construire l’Europe sur l’éradication est sur la négation des nations: or la ferveur populaire qui s’exprime sur les stades, lorsque retentissent les hymnes nationaux, leur crie au visage qu’ils se trompent !!!  Les peuples européens sont assez ouverts et éduqués pour accepter leur diversité et même pour oublier les luttes de leurs passés.

Mais ils n’ont aucune raison d’abandonner leur identité et tout ce à quoi ils tiennent – leur histoire, leur langue, leurs racines – au profit d’une vision sèchement technocratique de l’être européen.

Comme le rappelle Hubert Védrine dans un remarquable entretien publié dans le Figaro, « Ils ne sont pas uniquement des consommateurs comblés par des baisses de prix obtenues à coup de concurrence! L’Europe est tellement mal à l’aise avec les sujets identitaires qu’elle nie cette question, jusque dans son principe. Les peuples ont décroché là-dessus, comme sur l’excès de promesses intenables et sur la normalisation intrusive. »

Dans une tribune de presse publiée dans le quotidien allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung, le Premier Ministre Hongrois Viktor Orban ( pour lequel nos médias asservis n’ont jamais de mots assez durs ) estime qu’il faut en finir avec « l’idéalisation du projet européen ». Viktor Orban accuse la Commission européenne d’être en grande partie responsable de la crise de l’UE, mise en évidence par le Brexit, et appelle à ce que les États reprennent les choses en main

Revenir au rêve des peuples et aux espoirs qu’ils mettaient dans le projet européen ; et renoncer aux utopies de technocrates hors-sol , devenus apatrides sous l’effet de leur fascination pour la mondialisation….

La page sportive de l’Euro se referme: mais demeurent les questions fondamentales que ce rassemblement des peuples européens continuera de soulever en se heurtant à l’autisme des oligarchies qui tiennent le destin de ce continent entre leurs mains….

Une nouvelle fois, si après l’épisode de la Constitution européenne suivi de la conclusion du traité de Lisbonne, l’avertissement du « Brexit » restait sans effet et s’il n’était suivi d’une réorientation du projet européen basée sur une prise en considération de l’opinion populaire,  cette marque de mépris pour la démocratie aurait de graves conséquences à très court terme.  L’Europe serait alors perçue comme un processus totalement technocratique, une sorte de dictature d’un petit nombre d’adeptes. Beaucoup d’indifférents deviendraient alors des anti-européens, et à juste titre. L’Europe ne se fera pas contre les Nations et contre les peuples…..

La France « grizée ».


antoine griezmann

Évitons, dans son intérêt de porter trop haut, et jusque aux nues, ce jeune et talentueux footballeur qu’est Griezmann.

Néanmoins, il faut bien admettre qu’en quelques semaines, il a su, par son seul talent conquérir la sympathie,- que dis-je, l’affection – de la plupart des amateurs de Foot.

Son intelligence du jeu, qui fait qu’il est toujours placé au bon endroit au bon moment pour marquer, sa rapidité dans l’action et j’ajouterai, une certaine forme d’élégance naturelle sur le terrain, son mental ainsi que son état d’esprit ont relégué aux oubliettes le « style racailles » de ces fausses vedettes artificiellement fabriquées par des médias trop prompts à  « servir la soupe » à de « fausses stars du ballon rond », et à leur offrir une notoriété pleine d’arrières-pensées ambiguës, destinées à nous faire avaler la pilule « politiquement correcte » des vertus du « black, blanc, beur »…

Formé en Espagne, où règne la primauté de l’efficacité, du beau jeu, du jeu court faisant appel bien plus à l’intelligence qu’aux qualités athlétiques, il faut rappeler que candidat dans de nombreux clubs français, il a été jugé trop « gringalet » pour pouvoir figurer dans notre championnat professionnel  face à des joueurs africains ou maghrébins !!!

Le sujet est polémique, je le sais. J’avais commis un billet pour l’évoquer, lorsque Laurent Blanc, alors sélectionneur de l’équipe de France avait été mis en accusation par Mediapart pour avoir participé à un débat sur ce sujet tabou au sein de la Fédération Française de Football….

https://berdepas.com/2011/06/09/blanc-1-mediapart-0/

Nous assistons, actuellement, à une nouvelle tentative d’emballement de l’opinion par des médias manipulateurs, à propos de joueurs qui ne sont certes pas dépourvus de talent mais qui ont encore du chemin à parcourir pour faire leurs preuves : je pense entre autres à Paul Pogba que l’on nous présente comme la nouvelle star du ballon, alors que pendant ce Championnat d’Europe, je l’ai trouvé bien terne et même parfois inexistant.

C’est également le cas de Martial, l’un des plus « gros transferts » de la saison écoulée et qui au prix auquel il est évalué, aurait dû faire sinon des miracles, mais du moins produire des gestes décisifs à la manière d’un Ronaldo. On attend toujours que ce talent tant célébré par nos médias explose enfin sur le terrain….

Au-delà des cas évoqués ci-dessus, ce qui est devenu irritant, pour les amateurs du foot et du beau jeu, c’est cette pression médiatique permanente qui tente d’instrumentaliser un sport populaire, pour en faire un vecteur de messages destinés à influencer l’opinion des Français au profit de l’idéologie du « vivre ensemble » et du « métissage », à marche forcée.

L’affaire Benzema a montré que les Français ne sont pas dupes. Ils font clairement la part des choses entre le vrai talent (dont Benzema n’est pas dépourvu ) et les qualités humaines, la sincérité de l’engagement envers le maillot bleu, et l’attitude ainsi que le comportement, sur et hors le terrain…..

Benzema

Casbah…


 Juste pour sourire et avoir un petit aperçu de l’opinion ambiante, chez les Algériens, s’agissant des Juifs, jetez un coup d’œil sur ces commentaires parus sur Facebook, à propos de cette image d’une vieille porte de la Casbah d’Alger….
L’orthographe est authentique, y compris s’agissant de la « Loi Krimiou »…
Casbah

Commentaires
Fawzi Tc
 Fawzi Tc On voit bien des gens qui ne connaissent pas l’histoire d’Alger et surtout celle de la Casbah et qui viennent se la raconter et nous faire la morale… comme si que rompre leurs jeûne sur une plage et laisser le bordel deriere eux ne leur suffit pas….

Ilhem Chaghba
Ilhem Chaghba Moi je me demande ce que le jeune homme était en train d’admirer ??? Que ce c’est ?? Un jardin ? Une maison ? C’est la porte de quoi ??
Bilel Nabil
Bilel Nabil Les juifs étaient bien avant l’arrivée des français et ont été naturalisé par la loi krimiou en 1850 puisque ils ont donné main forte à l’armée française contre les Algériens et leur amir abdelkader.depuis sont devenu français à par entière par contre les notre c des indigènes.
Ghani AI
 Ghani AI Vous avez une photo de domaines El kéfir place des martyrs ? Si vous observez bien ya pleins d’étoiles de David.. Dites nous comment ça se fait ?
Ahmed Aliouane
 Ahmed Aliouane Cette étoile n’appartient pas au juifs, c’est un symbole islamique squatté par les juifs
GassiTouil Mezari
 GassiTouil Mezari Est actuellement on vit avec les juifs naturalisé Algérien depuis notre indépendance .
Hamza Zekkar
 Hamza Zekkar L’étoile n’a rien à voir avec les juive et la cette porte est la porte d’un bordj
Hakim Idir
 Hakim Idir Etoile de david sur la porte
GassiTouil Mezari
 GassiTouil Mezari N’oublié pas que les juifs ont beaucoup aider la révolution Algérienne ne soyez pas ingrat
Kad Cudi
 Kad Cudi À cette époque c’était pas leur étoile lol
Endo Fichk'a D'zeco
 Endo Fichk’a D’zeco Et koi donc pour l’étoile de David?!
Hô Ghoufia
 Hô Ghoufia Au fait, existe t elle toujours cette porte????
Hassan Niya
 Hassan Niya non,elle porte « maison honnete »,jadis
Hamid Mégache
 Hamid Mégache Les juifs berbères, y étaient au maghreb bien avant l`invasion arabo-islamique !
Mohammed Shareef Khedim
 Mohammed Shareef Khedim L’étoile de David est née au 16ème siècle à Prague en Russie comme emblème de résistance contre l’empire Austro-Hongrois puis Autrichiens par une poignée de résistants juifs…puis les sionistes s’en accapare pour en faire leur emblème, donc pour être plus précis c’est l’étoile des sionistes et qui n’a rien avoir avec David…mais sa fait partie de notre histoire et notre patrimoine culturel
Reda Silva
 Reda Silva Ci vous persécutés un juif d’algerie, ou croyez vous où il vas allez vivre et colonisé ? La Palestine bien entendu. C’est facile de transformer un simple juif en un redoutable sioniste accru (Point de vu ).
Samy Maouz
 Samy Maouz Et quoi elle n existe plus l étoile de David un point c tout……..
Hamodi Szk Gsxr
 Hamodi Szk Gsxr C’était des juifs avant aux bled
Lamine Diaba
 Lamine Diaba C maison juif je pense
Taous Djamila Chouki
 Taous Djamila Chouki Yasrhahh !!
Sara Hamza
 Sara Hamza j’adore la casbah

Les Mutins de Panurge ???


mouton-330x270

Quarante-huit heures après le « Brexit », qui restera dans l’Histoire de l’Europe comme une amère victoire de la Démocratie, on assiste à un curieux spectacle sur la scène politique européenne.

Les mêmes qui hier prédisaient et souhaitaient « la victoire de la raison », celle du « Remain », sur le « Brexit » d’un « populisme »à courte vue, se dépêchent de mettre leur « logiciel » à jour …

Une fois encore, ils n’ont rien vu venir.Car comme le rappelle Alexis Brezet dans le Figaro : avant les Anglais, il y avait eu les Danois (en 1992 et 2000). Et les Irlandais (en 2001 et 2008). Et les Suédois (en 2003). Et les Français (en 2005). Et les Hollandais (en 2005 aussi). Et les Grecs (en 2015)… Au point qu’on se demande, après tant de rebuffades – il est vrai souvent, et en France même, superbement ignorées -, comment les dirigeants européens ont pu être surpris quand l’«impossible» est arrivé».

Perchés sur des hauteurs seulement accessibles aux « zélites », leur regard fixé sur cet horizon lointain qu’eux seuls peuvent apercevoir, leurs oreilles bouchées par les oreillettes qui leur diffusent une musique tranquillisante, conçue pour un confort intellectuel et moral qui sied à leur condition, ils n’ont rien entendu des voix qui s’élevaient venant de différentes couches de la société.

Leur suffisance les aveugle :

http://www.marianne.net/alain-minc-brexit-c-est-victoire-gens-peu-formes-les-gens-eduques-100244028.html?utm_medium=Social&utm_source=Facebook&utm_campaign=Echobox&utm_term=Autofeed#link_time=1467187427

Et ils n’ont rien perçu de l’exaspération qui, partout en Europe s’est emparée de ceux qui agrippés à un solide bon sens populaire, pour dénoncer le détournement et la perversion d’un projet qui fit rêver la génération à laquelle j’appartiens.

Cette nouvelle forme d’autisme, qui s’est répandue dans les classes dirigeantes en Europe est devenue « le mal du Siècle » de nos Institutions.

Elle a entraîné, partout, en Europe le désaveu d’une Europe qui avance (???) à marche forcée, coups de directives, de règlements et de jurisprudences et de normes sans se préoccuper de sa perception par les couches populaires, de plus en plus sceptiques…

Le regretté Philippe Seguin avait bien perçu les dangers d’une Europe qui avance masquée face aux scepticisme des peuples méfiants à l’égard des oligarchies technocratiques . Souvenons-nous : « «la logique du processus de l’engrenage économique et politique mis au point à Maastricht est celle d’un fédéralisme au rabais fondamentalement anti-démocratique, faussement libéral et résolument technocratique. L’Europe qu’on nous propose n’est ni libre, ni juste, ni efficace». » 

Aux motifs d’exaspération accumulés au fil des années, sont venus s’ajouter plus récemment, les errements de la crise grecque, les initiatives personnelles de Mme Merkel,  ainsi que les injonctions de M. Juncker à propos de l’invasion migratoire – non prévue ni préparée au niveau européen – couronnée par les accords engageant toute l’Europe, avec la Turquie. Des accords  engageant l’avenir du continent dans le mépris le plus absolu des attentes et des inquiétudes des peuples, qui instinctivement ont compris qu’une fois de plus on allait leur forcer la main, alors que l’on sait que partout en Europe, il existe une prise de conscience du danger que représenterait l’entrée d’une Turquie aux attitudes ambigües vis-à-vis de l’intégrisme musulman.

Tout cela n’a fait qu’aggraver la méfiance envers Bruxelles et son gouvernement « technocratique » avide de pouvoir au détriment des souverainetés nationales, et d’extension du domaine géographique de ses pouvoirs. Une oligarchie sans légitimité populaire qui s’est convaincue que pour construire « son » Europe, il fallait détruire les nations qui la composent. Et pour enfoncer le clou, imposer aux peuples européens un modèle de société multiculturaliste dont ils ne veulent pas …

Le « Brexit », dont je ne me réjouis pas, car l’Européen convaincu que je suis ne conçoit pas à long terme, une Europe sans l’Angleterre, agit, dans tous les autres pays, comme un révélateur de la méfiance qui s’est installée dans l’Union européenne, à l’égard de ses Institutions, et même à l’égard de ses dirigeant.

Cette méfiance est devenue un sentiment beaucoup trop profond et répandu pour être traité avec légèreté par les Gouvernements des États européens.

La peur de la contagion du « Brexit » ne doit pas susciter des initiatives sans lendemain, destinées à calmer les « eurosceptiques ».

Il ne s’agit pas de se précipiter, tels les « Mutins de Panurge » chers au regretté Philippe Muray, pour colmater quelques brèches dans la coque du navire « Europe »!!! C’est une remise à plat de tout le projet européen, de ses finalités, de la méthode pour le faire avancer, en prenant, enfin, en considération les aspirations des peuples et pas seulement les velléités de puissance des « zélites »….

Car, les peuples, qui ne sont pas qu’un ramassis d’imbéciles, ont compris que l’Europe est devenue une nécessité vitale dans le monde d’aujourd’hui. Mais pas n’importe quelle Europe, et surtout pas une Europe soumise à une dictature bureaucratique irresponsable.

C’est un exercice difficile dont je ne suis pas certain qu’il soit à la portée des dirigeants actuels : ceux de Bruxelles habitués à passer par dessus les aspirations populaires, et ceux des Nations concernées dont « le souverainisme » masque mal le désir de se cramponner à des prérogatives nationales, et pour qui Bruxelles a été jusqu’ici  le bouc émissaire de toutes leurs insuffisances et de toutes leur lâchetés….

Ces trois-là ont en main le destin de l’Europe. C’est mal barré !!!

Europe mal barrée

Brexit : Hollande et Merkel en panne de projet pour l’Europe (Le Figaro).